Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LE MONDE DE ZORDAR

LE MONDE DE ZORDAR

Amateurs de fantasy décontractée de la hache, ce site est pour vous ! Un guerrier impulsif raconte ses aventures délirantes.

Publié le par Zordar
Publié dans : #Nouvelles & concours


 … Ensemble nous prendrons la route qui mène jusqu’à l’Ouest,
Et au loin nous trouverons une terre où nos deux cœurs pourront avoir le repos.

 

  Comme tous les matins depuis le début de leur expédition, Souchécorce, Sylvebarbe et leurs compagnons chantaient la complainte des Ents-femmes comme une sorte de prière. La paix était revenue en Terre du Milieu et il était temps que les géants sylvestres retrouvent leurs moitiés. Accaparés par leur tâche de protection des forêts, les Ents avaient laissé leurs compagnes s'éloigner d'eux petit à petit. Au départ, c'était parce qu'elles avaient une autre passion. Les Ents-femmes avaient poussé l'art de cultiver les jardins et les champs à la perfection. Les humains avaient d'ailleurs largement profité de leur savoir. Alors, à force de faire chacun les choses dans leur coin, ils s'était perdus de vue. Au cours du Troisième Age déjà, un périple des Ents au sud de l'Anduin n'avait rien donné. Mais cette fois, ils étaient prêts à faire plusieurs fois le tour de la Terre du Milieu pour les retrouver.

 

   Ils traversaient depuis deux jours une région de collines verdoyantes au delà du Mont Solitaire quand Souchécorce sentit une odeur inhabituelle. Et, plus ils avançaient vers l'est, plus elle s'accentuait. C’était un mélange de senteurs sucrées et musquées agrémenté d’arômes épicés qui faisait affluer en lui des images anciennes, celles des jours heureux. Poussé par la curiosité mais aussi par l'impatience, il partit en éclaireur en compagnie de Mornegland et  Germetronc. Ils étaient les plus jeunes de la troupe et Sylvebarbe les qualifiait souvent de jeunes écervelés.

 Les trois Ents marchaient à grandes enjambées quand ils entendirent un rire qui semblait provenir de derrière un grand talus. Il stoppèrent net, puis, en tapinois,  s'avancèrent vers l'origine du son.

   Un épais taillis de châtaigniers, situé non loin de là, leur fourni un abri idéal.  Après avoir salué poliment et en chuchotant chacun des arbres, ils tournèrent la tête vers l’est et restèrent bouche bée.

 

Jusqu’à l’horizon s’étendait une véritable mosaïque de couleurs, un paysage comme sculpté par les dieux et constitué de vergers, de champs de fleurs ou de céréales, de vignes, de taillis, de bosquets, de haies de toutes tailles avec quelques cyprès et peupliers y dessinant comme  des virgules. Une véritable féerie de la nature. Les Ents en eurent le souffle coupé et, durant quelques instants, ils en oublièrent d’observer les créatures qui se tenaient au bord de la rivière qui passait en contrebas.

   Ce qui sautait aux yeux outre leurs tailles de géantes, c’était leurs chevelures incroyables dont les entrelacs et les méandres semblaient défier les lois de la nature : de véritables oeuvres d’art. Elles étaient agrémentées de fruits et de feuilles ce qui donnait à l’ensemble un magnifique camaïeu.  De couleurs vives. Ensuite, l’œil était attiré par leur appétissante peau couleur chocolat. C’était d’autant plus vrai qu’elle étaient nues puisque, semblait-il, c’était l’heure du bain.

Elles riaient et plaisantaient en s’éclaboussant sous le regard fasciné de Souchécorce et ses compagnons. Celui-ci se tourna vers Germetronc et lui chuchota.

  - Je crois que peux aller prévenir Sylvebarbe et les autres que notre quête est accomplie.

Mais Germetronc ne l’écoutait pas, il était comme hypnotisé par la vue des Ents-femmes qui sortaient de l’eau  et s’étendaient dans l’herbe pour sécher au soleil. Souchécorce tendit l’oreille. C’était l’heure des confidences.

 - Quelle journée mes amies, dit une voix douce. Je ne suis pas mécontente, le muret de l’enclos des pommiers est enfin terminé.

 - Moi aussi je suis fourbue. Ce bain était un délice ! fit une voix plus aiguë. Tu sais, Seiglefleur, c’est vrai que transporter de lourdes pierres en plein soleil c’est plutôt un travail d’homme.

Seiglefleur soupira.

  - Ah, Orgecoeur, comme tu as raison ! Parfois ils me manquent nos arpenteurs de forêts ! Il y aurait pas mal de boulot pour eux par ici. Ils s’occuperaient de labourer, bêcher les mauvaises herbes, transporter les bottes de foin, creuser des canaux d’irrigation, vendanger, transporter nos  grandes corbeilles de fruits, construire ces satanés murets et que sais-je encore ! Ah, vraiment, ils ne s’ennuieraient pas nos hommes par ici !

Tout autour de Seiglefleur, les rires fusèrent.

 

Le soleil se couchait quand Sylvebarbe vit les « écervelés » revenir vers le campement, l’air impassibles. Il s’enquit :

  - Alors mes amis, du nouveau vers l’est ?

C’est d’une seule et même voix que les trois Ents répondirent :

  - Non, il n’y a rien à voir par là. Il faut chercher ailleurs.

 

Lorsque l'Été s'étendra sur le monde, et que dans un midi d'or
Sous la voûte de feuilles endormies se dérouleront les rêves des arbres ;
Lorsque les salles de la forêt seront vertes et fraîches et que le vent sera à l'ouest ;
Reviens vers moi ! Reviens vers moi et dis que ma terre est la meilleure !

 

 


 

(Ce texte a gagné les concours du printemps 2012 de la communauté Autres mondes)

 

Commenter cet article

Séléné.C 31/07/2012 20:46


Ou comment chacun reste ce qu'il est tout en regrettant que l'autre en fasse autant...

Gaëlle K. Kempeneers 31/07/2012 09:45


Excellent !!!

Zordar 31/07/2012 19:00



Merci à vous deux !



honorius 30/07/2012 13:05


mérité le prix ! Amitiés du vieux sorcier... Barbare

Présentation

Couvzordar1



Couvzordar1



Couvzordar1





Le début d’une saga hilarante d’heroïc fantaisiste prévue en 10 volumes. Imaginez un dieu sympa mais pas très doué qui crée Aquilonia, un monde en forme de part de pizza où s'ébattent toutes sortes de créatures : orques, elfes, nains, belettes à dents de sabre, trolls, humains, dragons, krakens hydrophobes... Autant dire que tout le monde ne s'entend pas comme larrons en foire. Au milieu de ce foutoir, un jeune guerrier impulsif, entouré de quelques amis essaie de sortir son épingle du jeu dans des aventures loufoques et rocambolesques. Lecteurs trop sérieux ou femmes trop liftées, passez votre chemin.

Les trois premiers tomes sont disponibles TELECHARGER LES LIVRES.

Articles récents

Hébergé par Overblog