Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LE MONDE DE ZORDAR

LE MONDE DE ZORDAR

Amateurs de fantasy décontractée de la hache, ce site est pour vous ! Un guerrier impulsif raconte ses aventures délirantes.

Publié le par Zordar
Publié dans : #Nouvelles & concours

amir.jpg

 

 

 

   Plongé dans les cartes depuis la veille, le capitaine Linseulle, sentait poindre un vicieux mal de crâne. Enfermé dans sa cabine, il avait laissé les manœuvres d'appareillage de La Calenbredaine à la charge de La Berlue, son second. Tout ça parce qu'il lui avait fallu calculer le trajet le plus rapide jusqu'à Genevia. La reine avait été claire : il lui fallait sa caisse de pommes Bravaches avant la fête de l’Équinoxe !

   Satisfait de son travail, Linseulle se décida à sortir sur le pont; le grand air lui ferait du bien. Il se plaça au beau milieu de la dunette et observa, les mousses et les gabiers qui s'affairaient un peu partout sur la frégate.

   Son second, la Berlue, aussi haut que large, le cheveu rare, s'approcha en souriant. Au moment ou son capitaine allait lui adresser la parole, il hurla en gesticulant vers la proue :

   —     Mais vous allez me le border ce foc nom de dieu !

   Linseulle, les oreilles un peu vrillées grimaça:

   —     Je note que votre mal de gorge va mieux, mon vieux. Dites-moi, la Berlue, je n'ai pas eu le temps de m'occuper de l'engagement de l'équipage et je me demande qui est ce jeune mousse aux cheveux en bataille qui semble errer sur le pont comme une âme en peine ?

   La Berlue leva les yeux au ciel :

   —     Ah, la Brindille ! C'est le fils de Chicots d'Acier.

   —     Le capitaine Chicots d'Acier, le célèbre flibustier ?

   —     Lui-même. Figurez-vous que son rejeton a voulu devenir magicien.

   Linseulle s’esclaffa.

   —      Magicien, je vous jure, quelle drôle d'idée !

   —     Le pauvre a lamentablement échoué. En deux ans d'études, il n'a réussi à retenir qu'un seul sort..

   —     Un sort utile au moins ?

Le second se gratta l’occiput.

   —    Je ne sais pas. Rien à voir avec la navigation, c 'est sûr !

   Le capitaine secoua la tête et soupira.

   —     Il eu mieux valu qu'il sache commander au vent !  En attendant il va falloir le bousculer un peu. J'ai besoin de tout le monde pour arriver à temps à Genevia. Une grosse prime est en jeu.

   Liseulle avait décidé de couper à travers l'archipel des Goelles. Le temps y était capricieux mais on pouvait gagner trois jours de mer.

 Il ne fut pas surpris quand , un matin, un fort vent se leva et une tempête les secoua, les ballota comme un morceau de savon dans un bac à linge.

   Pour La Brindille ce fut un véritable cauchemar. Déjà qu'il avait les mains en sang à cause des cordages, les genoux en compote à force de briquer de pont et le dos courbatu par de mauvaises nuits dans son hamac, cette fois il crut sa dernière heure arrivée. Les gabiers étant débordés, La Berlue lui demanda de grimper dans les haubans pour attacher des écoutes qui claquaient au vent. Terrorisé, il s'accrocha comme il put et réussit, il ne se souvint plus comment, à accomplir sa tache.  C'est trempé jusqu'aux os et saoulé par les vagues qui déferlaient sur le pont,  qu'il regagna sa cabine en marchant comme un vieillard. Avec un seule pensée en tête : quitter ce rafiot de malheur à la première occasion.

  Il se changea, se coucha et plongea dans un sommeil agité tandis que la tempête s'éloignait. C'est un cri terrifié qui l'éveilla. "Kraken à tribord, kraken à tribord !"

  Le capitaine était contrarié. La tempête les avait fait dévier de leur course vers l'est et des courants contraires les ralentissaient. Ses calculs savants se révélaient inutiles. Le temps était compté et la prime loin d'être dans leur poche. Perdu dans ses sombres pensées, il sursauta quand la vigie hurla au Kraken. Il sortit de sa cabine comme un diable de sa boite et s'élança sur le pont. Il découvrit avec horreur une masse titanesque dont les immenses tentacules s'agitaient en tous sens, fondre sur La Calembredaine. Dans un geste futile, il dégaina son sabre tandis que l'équipage courait se mettre aux abris. C'était la fin ! Déjà, le monstre agrippait le grand mat qui n'allait résister longtemps. Linseulle, pétrifié par le désespoir vit alors une silhouette courir vers le Kraken. Il plissa les yeux et reconnu …

   —     La Brindille mais que... il a perdu la raison ?

   Le jeune mousse poussa un grand cri.

 

 

 Confortablement installés autour d'une table, le capitaine, La Berlue et La Brindille s’apprêtaient à trinquer. Un plat, posé devant eux sur la table, contenait des morceaux de chair gélatineux trempant dans une sauce jaunâtre. Le capitaine se servit avec ses doigts.

   —      Mmm, pas mauvais. Ça ressemble à s'y méprendre à du poulpe pas vrai ?

  La Berlue donna une bourrade au jeune mousse.

   —     Mon garçon, tu ne  connais peut être qu'un sort mais ce sort de réduction, tu le maîtrises à la perfection. Allez sers-toi !

  Pendant que le mousse, aux anges, mâchait le capitaine commenta :

   —     Tu feras un formidable magicien de marine, tu verras. Dites-moi, La Berlue, comment appellent-ils déjà ces choses qu'on mange à l'apéritif dans le sud   d'Aquilonia ?

   —     Des tapas ?

   —     C'est ça, des tapas !

Il leva son verre :

   —     Je porte un toast au premier tapas de kraken !

   —     Au kraken !

La Berlue proposa un second toast.

   —    Buvons à la reine qui va recevoir ses fameuses pommes à temps !

   —    A la reine !

Au moment de boire, le capitaine s'interrompit :

   —    Et si nous étions attaqués par des pirates ?

Alors, son regard et celui de son second se tournèrent vers le mousse.

On les entendit rire jusqu'à la vigie.

 

 

 

 

 

(Illustration Alda)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article

Selene.C 25/07/2012 22:54


Pas prudent de rire comme ça...


Le gamin est fils de prirate, non ?

Lina Carmen 16/10/2011 15:12



Bonjour ! Excellent ! Amusant et inattendue, merci pour ce bon moment.


Bon week end


Lina



Zordar 16/10/2011 21:32



Merci pour les compliments. Ravi que ça te plaise.



Adûnä Faël 14/10/2011 10:47



Bravo pour ta crème des mousses l'ami, très bonne dégustation !!!



Présentation

Couvzordar1



Couvzordar1



Couvzordar1





Le début d’une saga hilarante d’heroïc fantaisiste prévue en 10 volumes. Imaginez un dieu sympa mais pas très doué qui crée Aquilonia, un monde en forme de part de pizza où s'ébattent toutes sortes de créatures : orques, elfes, nains, belettes à dents de sabre, trolls, humains, dragons, krakens hydrophobes... Autant dire que tout le monde ne s'entend pas comme larrons en foire. Au milieu de ce foutoir, un jeune guerrier impulsif, entouré de quelques amis essaie de sortir son épingle du jeu dans des aventures loufoques et rocambolesques. Lecteurs trop sérieux ou femmes trop liftées, passez votre chemin.

Les trois premiers tomes sont disponibles TELECHARGER LES LIVRES.

Articles récents

Hébergé par Overblog