Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LE MONDE DE ZORDAR

LE MONDE DE ZORDAR

Amateurs de fantasy décontractée de la hache, ce site est pour vous ! Un guerrier impulsif raconte ses aventures délirantes.

Publié le par Zordar
Publié dans : #De drôles de zygotos


Le soir, au coin du feu, tandis que Piquette avait terminé son dîner (constitué d'une prune) depuis longtemps, Ambrosius se baffrait comme à son habitude. La fée n'osait imaginer ce qu'il devait dévorer quand il était chez lui. En une semaine, il devait ingurgiter de quoi nourrir une colonie de fées pendant deux ans. Elle s'éloigna un moment le temps que le rot du prêtre trouve la sortie puis elle revint se poser à ses cotés et lui dit :

— Si j'ai bien compris, mon histoire de Cocon ne t'intéresses pas vraiment ?

Ambrosius eut l'air surpris et peiné à la fois :

— Mais si, ne te méprends pas ! En fait, il ne faut pas trop m'en demander quand j'ai faim. Ce qui était le cas tout à l'heure. Maintenant je me sens bien. Tu sais, je suis vraiment curieux de savoir de quoi est fait ce mystérieux Cocon. Je suis toute ouïe !

Piquette, rassurée, expliqua :

— Le Cocon protège la grappe de raisin contre les insectes, les intempéries et il régule les écarts de température. Il est essentiel dans la fabrication du Ledele Eleni et de l'Almare. Quant à sa composition (la fée baissa la voix) on nous fait jurer sur notre vie de ne jamais la dévoiler...

— Ah ben non, alors ! Ce n'est pas la peine de m'allécher pour m'expliquer par la suite que tu ne peux rien dire ! C'est comme si on me promettait un rôti de veau aux olives et aux lardons et que l'on me serve une simple tranche de jambon !

— Mais tu ne m'as pas laissé finir! s'insurgea la fée. J'allais te dire que puisque les elfes m’ont renvoyée comme une malpropre, les secrets ne vont plus le rester très longtemps, par Hélicos !

— C'est bien vrai ça ! Perfides petits elfes, prétentiards ! Ils pètent plus haut que leur goulot ceux là !

Ambrosius, ravi donna à la fée une claque sur le dos qui l'envoya valser là plusieurs mètres.

— Oh pardon ! Euh, c'est l'enthousiasme !

Toute endolorie et les ailes un peu froissées, Piquette s’apprêtait à engueuler vertement Ambrosius mais quand elle vit son air piteux, elle préféra passer l’éponge.

— Oui, hé bien n’oublies pas que tu fais au moins cent kilos de plus que moi !

— Au moins, soupira le prêtre en tapotant son estomac.

— J’allais donc dire que le Cocon est composé de ….ahhhh ! un loup !

— Quoi ? mais…ou ça ?

Elle montra un coin de la clairière.

Une forme sombre ou brillaient des yeux dorés les observait dans le noir. Piquette alla se réfigier sur une branche ; Son ami resta immobile.

La forme s’approcha un peu et ils purent vérifier qu’en effet, c’était un loup noir de belle taille avec de drôles d’excroissances sur la tête.

— Qu'est ce qu'il veut ? Il va attaquer, hein ? dit la fée. Moi je ne risque pas grand chose, mais toi ?

Ambrosius se leva.

— Tu vas voir.

A la grande horreur de Piquette, il marcha droit sur le loup. Il resta un petit moment immobile face à lui et dit à l’animal en pointant le sol avec son index :

— Couché ! Allez, couché !

Le loup eut une sorte de regard surpris, il secoua la tête et…il s’allongea aux pieds d’Ambrosius. La fée n’en revenait pas. Vraiment cet humain était plein de surprises ! Qui aurait pu croire que sous ses airs de gros lourdaud, il avait le Don pour les animaux. Seuls quelques bénis des dieux le possédaient.

La démonstration n’était pas finie :

— Allez, mon gros, laisse-moi te gratouiller le ventre, ordonna le prêtre.

Le loup gronda et montra les dents. Ambrosius allait-il trop loin ? faisant fit de tout danger, le prêtre se pencha vers l’animal et lui chuchota quelque chose à l’oreille. Piquette se rongeait les ongles avec frénésie.

L’animal cessa de gronder et se tourna alors sur le dos et offrit son ventre aux papouilles d’Ambrosius. Ce dernier se tourna vers la fée et dit :

— Alors, tu vois ? Il suffit de savoir leur parler. Oh, c’est un bon gros loulou ça !

Piquette, d’habitude si bavarde, ne put rien répondre, la scène lui avait coupé la chique.

 

 

Suite

 

Le début est là !

 

Commenter cet article

sieglind la dragonne 26/10/2009 10:11


Oups, je me relis et faut lire ce "don" comme il se doit... la reprise est éprouvante pour l'orthographe dans mon cas hé, hé


sieglind la dragonne 26/10/2009 10:09


Je ce dont dans Oblivion, seul problème, ça ne s'utilise qu'une fois dans la journée et encore c'est pour obliger le bestiau à se fritter avec mes ennemis... pas trop pacifique ce dont mine de
rien. j'aimerai bien faire de papouilles aux rats des cavernes ou aux loups de bois moi, mais pfff, pas la peine d'y penser, les développeurs n'ont pas envisagé un jeu cent pour cent peace and love
(ça perdrait de son intérêt remarques hé, hé)


Aduna Fael 23/10/2009 10:32


Et après est ce qu'il va danser avec le loup, Ambrosius ???


SAD 22/10/2009 09:14


euh il peut pas aller bouffer le petit chaperon rouge pour qu'on sache ENFIN de quoi il est fait ce cocon???


Présentation

Couvzordar1



Couvzordar1



Couvzordar1





Le début d’une saga hilarante d’heroïc fantaisiste prévue en 10 volumes. Imaginez un dieu sympa mais pas très doué qui crée Aquilonia, un monde en forme de part de pizza où s'ébattent toutes sortes de créatures : orques, elfes, nains, belettes à dents de sabre, trolls, humains, dragons, krakens hydrophobes... Autant dire que tout le monde ne s'entend pas comme larrons en foire. Au milieu de ce foutoir, un jeune guerrier impulsif, entouré de quelques amis essaie de sortir son épingle du jeu dans des aventures loufoques et rocambolesques. Lecteurs trop sérieux ou femmes trop liftées, passez votre chemin.

Les trois premiers tomes sont disponibles TELECHARGER LES LIVRES.

Articles récents

Hébergé par Overblog