Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LE MONDE DE ZORDAR

LE MONDE DE ZORDAR

Amateurs de fantasy décontractée de la hache, ce site est pour vous ! Un guerrier impulsif raconte ses aventures délirantes.

Publié le par Zordar
Publié dans : #De drôles de zygotos


   Les premiers jours à Bélianthe tout avait été tout beau tout nouveau : la fée avait découvert avec un bel enthousiasme une des plus grandes cité d’Aquilonia et surtout une des plus peuplée. Après avoir quitté Steppenwolf à la lisière de la forêt et jusqu’à la fin du voyage elle était restée silencieuse, moitié par honte de son coma, moitié par nostalgie de son petit monde agricole. Elle s’était rattrapée à son arrivée à Bélianthe. Même sa nouvelle amie Plumette ne pouvait pas en placer une, c’est dire. Et un commentaire sur un édifice remarquable par-ci et une question sur une race inconnue d’elle par-là. Elle avait fait en une semaine ce qu’un touriste japonais survitaminé ne pourrait faire en un mois. Et puis, petit à petit, le spleen, tel un élastique, lui était revenu en pleine figure  et avec lui, son goût immodéré pour l'alcool. A tel point que certain soir Ambrosius devait la laisser enfermée dans une malle. Un jour, cuite à point,  elle avait avoué à son ami :

   — Ch'est à cauge, hips, de cha que les efles.. les fevles…les bidules m'ont virée !

   — Tu m'étonnes ! Avait répondu Ambrosius d'un air navré.

 

   Les premiers frimas de l'hiver s'insinuaient dans les rues de Bélianthe. On ressortait les pelisses et les manteaux de fourrure. Les magiciens parcouraient les rues auréolés de sort de chaleur portables et les nains se laissaient pousser les poils.

   Ambrosius se fichait du froid comme d'une guigne. Le fait d'être grand prêtre de Pélos n'y était pas pour rien. Il déambulait, tout excité, en débardeur dans sa chambre, attenante au temple. Quelque chose d'inespéré était en train de se produire, une surprise totale et aussi un enchantement.

La veille, Piquette était venue dans son bureau avec un air de conspiratrice. Pour une fois  elle avait l'œil vif et son vol n'était pas erratique. Le prêtre, plongé dans les comptes des quêtes de la semaine avait levé la tête.

—    Bonsoir ma jolie, tu as l'air splendide ce soir ! Et qu'est ce que c'est que ce sourire coquin ? avait-il dit en plaçant un pièce de bronze sur une pile.

—    J'ai une surprise pour toi Bubus ! (elle avait réussi à lui trouver un surnom ridicule)

—    Une surprise ? Ça se mange ? s’était réjouit Ambrosius d'un air gourmand.

—    Ah non mais tu n'es pas loin !

—    Euh, ça se boit alors ?

—    En fait ça va donner quelque chose qui se boit si tout se passe bien.

—    Désolé mais là, je ne pige plus rien.

Alors Piquette avait montré du doigt une étagère.

    — Tu as réparé mon étagère ? Pourtant, elle a toujours l'air de traviole.

La fée s'était énervée.

    — Ah mais ce que tu peux être bouché quand tu t'y mets ! C'est ça que je te montre !

« Ça » était un pot rempli de terre ou prospérait une plante noueuse et noirâtre. Le prêtre avait ouvert des yeux grand comme des plats à tarte.

    — Ce n'est tout de même pas...tu veux dire que c'est...

    — Mais oui grand bêta, c'est...

    — ... un pied de vigne ! Avait hurlé Ambrosius. Oh par les poils du nez de Pélos ! Un pied de vigne ! Tu l'as eu comment ?

    — Hé bien, j'avais gardé deux ou trois grains avec moi avant de quitter les Guiques et dés notre arrivée ici, je les ai plantés. Comme tu vois, ça à marché !

    — Et comment !

   Depuis, Ambrosius ne quittait pas le pot des yeux même s'il savait que la vigne n'allait pas pousser plus vite pour autant. Il avait vaillamment résisté à l'envie d'aller voir Mikhalar pour lui demander « d'accélérer la manœuvre » par un petit sort. Non, il voulait une vigne pure, sans OGM (Organisme Généré Magiquement). Piquette semblait transformée. Elle était toute pimpante et guillerette, elle semblait avoir retrouvé la joie de vivre.

   Chaque fois qu’il regardait le pied de vigne, Ambrosius avait l’impression qu’un soleil radieux éclairait la pièce et que des voix divines chantaient des arias. Il avait envie de fredonner et même de danser, ce qui ne lui était jamais arrivé à jeun. Pour quelle raison ? Parce que la fée, au cours de cette mémorable soirée, lui avait promis de s’occuper de son plant à la façon des Guiques avec le Cocon et tout et tout. Ce fameux Cocon dont elle lui avait enfin révélé la composition (malheureusement juste après avoir vidé une bouteille de Noudoudiou pour fêter l’événement).

— Alors voilà, la rechette du Cocon est achez ,hips, fachile à… alors dedans on y met du machin…mais si ! Le truc qui est le fruit des frachpidexes…les frachdipe…bidules, tu vois quoi ! Enchuite, hips, on mélange du jus de…tu sais ce lé…lé…lé…machin, gume rond qui pouche… tu vois ? le truc avec une tige verte. Après il faut attendre deux jours et ajouter de la bave de ché…de ché…chaispuquoi. Pff, sommeil moi… Vais m’allonger un peu.

 

 

Suite

 

Commenter cet article

Phil 05/12/2009 17:00


Ton illustration est belle. Belle comme un beau jour de beau


sieglind la dragonne 27/11/2009 08:52


Je me marre en imaginant le "vol erratique"... Pour le pied de vigne, je vais faire lire ça à ma copine de sport, on leur a offert ça en cadeau de mariage cette année... va savoir si c'est pas une
des graines de Piquette...


SAD 16/11/2009 20:26


bah non elle est trop bourrer pour expliquer l'histoire du cocon...ARG


Aduna Fael 16/11/2009 14:35


Quelle pochtrone cette Piquette !!!


Présentation

Couvzordar1



Couvzordar1



Couvzordar1





Le début d’une saga hilarante d’heroïc fantaisiste prévue en 10 volumes. Imaginez un dieu sympa mais pas très doué qui crée Aquilonia, un monde en forme de part de pizza où s'ébattent toutes sortes de créatures : orques, elfes, nains, belettes à dents de sabre, trolls, humains, dragons, krakens hydrophobes... Autant dire que tout le monde ne s'entend pas comme larrons en foire. Au milieu de ce foutoir, un jeune guerrier impulsif, entouré de quelques amis essaie de sortir son épingle du jeu dans des aventures loufoques et rocambolesques. Lecteurs trop sérieux ou femmes trop liftées, passez votre chemin.

Les trois premiers tomes sont disponibles TELECHARGER LES LIVRES.

Articles récents

Hébergé par Overblog