Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LE MONDE DE ZORDAR

LE MONDE DE ZORDAR

Amateurs de fantasy décontractée de la hache, ce site est pour vous ! Un guerrier impulsif raconte ses aventures délirantes.

Articles avec #les critiques de tonton zordar catégorie

Publié le par Zordar
Publié dans : #Les critiques de tonton Zordar, #Actualité
Le Cheval et l'ombre - Aurélie Wellenstein

Tallia n'en croit pas ses yeux : à deux pas de son village, elle rencontre Tenebrae, un cheval fantôme ! Malheureusement, elle n'a pas le temps de s'en émerveiller. Le cheval est blessé et des Ombres de loups sont à sa poursuite. Prise en chasse à son tour, elle n'a d'autre choix que de plonger avec sa nouvelle monture vers le royaume magique d'Equinox où tous les hommes ont été changés en animaux. Elle découvre alors que les Ombres ont envahi le royaume. Et si Tallia était la seule à pouvoir briser la malédiction d'Equinox ?

Il faudrait tomber dans la facilité pour dire que ce roman démarre au galop et pourtant c'est le cas. Pas le temps de s'ennuyer. Tallia est tout de suite plongée dans l'aventure. D'ailleurs, il y a peu de temps morts dans ce roman. Le monde d'Equinox est condamné et il faut faire vite.

J'ai bien aimé le coté fonceuse de l’héroïne, sa relation avec les chevaux et aussi son refus de la violence qui ne va pas sans poser de problèmes.

La cause de la malédiction qui frappe Equinox est une bonne idée mais , finalement, on en sait assez peu sur ce monde.Il est esquissé de manière assez rapide.Le format court en est surement la cause. Heureusement on s'attache aux personnages tels que Tenebrae, Arion et le boudeur Gabriel.

Les péripéties n'empêchent pas Aurelie Wellestein de faire passer quelques belles idées : amitié, courage et non-violence.

Ce petit moment de lecture (165 pages) est très agréable et rafraîchissant et je suis sûr qu'il va passionner les ados mais aussi leur parents.

Auteur Aurélie Wellenstein
Collection Apprentis Sorciers
Roman junior 11 ans et +
Genre fantasy

Ilustrations : Mayön
168 pages
ISBN 979-10-91228-06-0

Publié le par Zordar
Publié dans : #Les critiques de tonton Zordar

couverture-25150-deparis-olivier-main-mise-sur-jakobar.jpg

 

 

Pour Tom Fulmann, la mission semble simple : rencontrer la Main (une équipe d'Experts qui travaille en secret pour le gouvernement fédéral) et les transporter à l'autre bout de la galaxie pour une enquête. Mais rien ne va se passer comme prévu et, suite à un complot, ils vont tous se retrouver accusés de terrorisme. Ils vont alors fuir vers Jakobar , une planète pas franchement amicale. Fulmann va devoir trouver sa place dans cette équipe soudée et les aider à se sortir de ce guêpier.

Olivier Deparis , avec ce premier roman, rend un bel hommage au space opera. Sur un fond de guerre biologique et de complots politiques, on a droit à un feu d’artifice d'action et d'aventures spectaculaires. Amateurs de combats spatiaux, d'explosions atomiques et de moments de bravoure, vous serez comblés. Le style est nerveux, précis et les dialogues savoureux. Les membres de la Main sont bien campés et secomplètent bien. Leurs relations avec Fulmann (un genre de Han Solo mal embouché) sont souvent cocasses. J'ai particulièrement apprécié Lau, la mutante caractérielle. Bonne idée aussi le personnage de Ripley, l’extra-terrestre Servolith avec ses pouvoirs étonnants.

Le seul regret que j'ai pu avoir c'est que les « méchants » sont un peu anonymes. Sinon, j'ai dévoré ce roman d'une traite. C'est de la bonne SF de divertissement.

A noter la très belle couverture de Grillon.

Olivier Deparis vient de sortir une nouvelle de Fantasy chez L'Ivre Book : Maudits Guerriers

 


Editeur : Rivière Blanche

Pages: 231


ISBN-10: 1612270409

ISBN-13: 978-1612270401

Publié le par Zordar
Publié dans : #Les critiques de tonton Zordar

laguerrierefantome.jpg

 

Une étudiante de notre monde banale avec une vie toute aussi banale est appelée par le Cinquième Cercle dans le monde d'Es ou elle rencontre Tadjal, un tigre peu ordinaire. En tant qu'esprit guerrier, Siwès se retrouve en plein milieu d'une guerre. La cité d'Ispare s'apprête à être assiégée par une armée de l'empire de Lluhan ou les marjaks, des dragons-défunts ramenés à la vie par de puissants sorciers, s’apprêtent à tout ravager sur leur passage.

Pour l'amour de Tadjal, Siwès va prendre de terribles risques afin d’empêcher un massacre.

Le challenge dans un récit de fantasy surtout avec des dragons, c'est essayer d'apporter du nouveau.

Avec ce roman, on est servi. Le duo Siwès -Tadjal s'impose comme un formidable couple de fantasy. Siwès, tout d'abord qui est le cœur et le moteur de toute l'histoire, sorte de feu-follet intrépide et courageuse mais aussi habile négociatrice. Par moment, elle m'a rappelé Peter Pan par son goût de la provocation. Ensuite Tadjal, le tigre aux pouvoirs étonnants qui peine à modérer les ardeurs de son amie. Un personnage marquant et attachant. J'ai bien aimé aussi Baxian l'espion un poil torturé qui apporte un point de vue différent à l'intrigue principale.

C'est un roman ou l'histoire ne traîne pas en route on est pris par le rythme soutenu et les scènes spectaculaires.De la fantasy comme j'aime, distrayante mais pas que.

La Guerrière Fantôme est le premier volume d'une trilogie (Les Chroniques de Siwès) dont j’attends la suite avec impatience.

 


Auteur :Syven

Editions : Du Riez

Collection: Brumes Etranges

464 pages
ISBN : 978-2-918719-59-5

Illustration de couverture : Vincent Devault (Yogh)

 


Publié le par Zordar
Publié dans : #Les critiques de tonton Zordar

les-furies-de-calderon.jpg

Dans le royaume d’Alera, celui qui n’a pas la faculté de maitriser au moins une Furie (élémentaire du feu, de l’eau, de la terre…) est un gros raté. C’est le cas de Tavi, un ado qui va, à son corps défendant, devoir sauver son royaume de l’invasion d’infâmes barbares sanguinaires : les Marats.

Pour ça, il va être quand même soutenu par son oncle et sa tante et il va mettre à profit son intelligence pour échapper au Curseur (un genre d’espion) et ses acolytes qui veulent sa peau.

Avec Jim Butcher , également auteur des excellents Dossiers Dresden, on est vraiment dans de la fantasy qui bouge. Chaque chapitre offre sa part d’action, de rebondissements, trahisons et autres batailles. C’est vivant rythmé et on tourne les pages avec avidité.

Bien sûr on n’échappe pas à quelques clichés : Tavi est orphelin (encore un) et le monde décrit par Butcher est assez classique malgré une vague influence de l’Empire Romain.

Cependant les Furies sont un excellent angle pour aborder la magie qui devient quasi naturelle (sauf pour Tavi, le pôvre !). Les personnages sont attachants et même les « méchants » ne sont pas trop monolitiques. Les amateurs de scènes spectaculaires seront gâtés. En outre,  les jalons posés par l’auteur laissent présager une suite palpitante. Et enfin, très important, Butcher laisse un peu de place à l’humour.

Les Furies de Calderon, un bon roman de fantasy sans prise de tête, est le premier volume d’une quadrilogie dont je dois dire que j’ai hâte de lire la suite.



Titre : Les Furies de Calderon
Auteur : Jim Butcher

Editeur :Mylady.

Cycle : Codex Aléra– Tome : 1
ISBN : 9782352943617

Publié le par Zordar
Publié dans : #Les critiques de tonton Zordar

Cygnis.jpeg

 

C'est l'histoire de Syn, un trappeur, qui avec son loup à moitié cybernétique, crapahute dans les forêts, vend des peaux de bêtes et bute impitoyablement des robots. Alors qu'il retourne vers la civilisation, ou ce qu'il en reste après un genre d'apocalypse, il se retrouve au beau milieu d'une guerre. Il refuse d'y participer et il décide de retourner dans les bois. C'est là que le conflit va le rattraper.

C'est un drôle de monde où nous convie Vincent Gessler. Des ilots de civilisation perdus au milieu de no man's lands ou les robots sont les maitres.Les humains scindés en deux groupes et en conflit permanent. Comment et pourquoi en est-on arrivé là ? C'est ce qu'on découvre, de manière assez tranquille, tout au long du premier roman de cet auteur suisse. C'est un livre qui fait la part belle aux personnages, bien fouillés, complexes et attachants.Vincent Gessler aime la langue française et lui rend hommage par un style riche et par moment, poétique.

Les lecteurs pressés lui reprocheront une certaine lenteur, un manque d'action, mais je trouve que ce rythme lent sied assez bien à l'ambiance et colle parfaitement à Syn le trappeur, un taiseux contemplatif. Un roman d'atmosphères ou l'humain est au centre. En arrière plan et sans être lourd, l'auteur nous fait réfléchir au devenir de l'humanité qui avec ses choix souvent malheureux ) des résultats dévastateurs.La fin est assez spectaculaire et pas contemplative pour un sous.

Ce qui ne gate rien, la couverture de Yoz est une merveille !

Cygnis est un de mes coups de cœurs de cette année 2012.

 

Broché: 224 pages 

Editeur : L' Atalante (25 mars 2010)

Collection : La Dentelle du Cygne

ISBN-10: 2841724999

ISBN-13: 978-2841724994

 

Publié le par Zordar
Publié dans : #Les critiques de tonton Zordar

lechantdespsychomorphes.jpg

 

Zéar est un fonctionnaire qui se morfond en tant que contrôleur des taxes commerciales de Novo-Petersbourg. Il a envie d'aventures et de sensations fortes. Un jour un certain Quabar va lui proposer une mission qu'il ne peut refuser puisqu'il lui apprend qu'il est tricard sur sa planète à cause de dettes de jeux pas honorées. Puis quand Quabar est tué sous ses yeux, la vie de Zéar bascule et il doit fuir fissa.

Bien malgré lui, il se retrouve en plein coeur d'un complot politique ou il va se débattre avec un certain talent.

C'est le premier roman de Laurent Whale, paru initialement chez Rivière blanche qui vient d'être réédité chez Lokomodo.

On est clairement dans du space opéra trépidant. C'est assez plaisant parce qu'on n'a pas le temps de s'ennuyer et le style de l'auteur est fluide.Il a bien fait d'utiliser la première personne, ça colle bien à l'histoire. Autre point positif, les personnages ne sont pas baclés et l'intrigue tiens la route. Malgré tout , l'univers décrit par Laurent Whale est un poil trop classique et puis j'ai trouvé que les héros n'en bavent pas assez. Je ne suis pas sadique mais j'avoue que j'ai été frustré. Ils s'en sortent un peu trop facilement à chaque fois.

La fin, que je dévoilerais pas, est assez bien trouvée.

Lokomodo a eu une bonne idée de rééditer ce roman parce qu'il fait passer un bon moment même s'il ne laisse que des traces éphéméres au lecteur.


Broché: 272 pages 

Editeur : lokomodo (12 septembre 2011) 

Collection : Science-fiction 

ISBN-13: 978-2359000320

 


 


Publié le par Zordar
Publié dans : #Les critiques de tonton Zordar

le-chant-de-la-malombre.jpg

 

Titre : Le Chant de la Malombre, tome 1 : Tueurs de dragon
Auteur : Gaëlle K. Kempeneers
Éditeur : Voy'el
Nombre de pages : 420

 

Un jour, sans crier gare, le pire cauchemar de l'humanité à dévasté la terre ; Les dragons , menés par des créatures abominables, ont ravagés nombre de royaumes avant de se réfugier dans la Morteterre.  Mais ce n'est pas tout, la Malombre, la magie des terres noires, continue de détruire insidieusement la Viveterre.

La résistance s'est organisée autour de la caste des Tueurs de Dragons mais leurs pouvoirs ne semblent pas suffire, le mal continue de gagner du terrain. Est ce sans espoir ?

Nous sommes clairement dans un roman de fantasy classique (mais assumé) ou les dragons sont les méchants de l'histoire. La plus grande partie de ce premier volume se déroule au château de Fauconroc, la  place forte des Tueurs de Dragons, dans un huis-clos inquiétant. Des meurtres atroces sont commis  et le tueur disparaît sans laisser de traces. Le coté original de cette magie sombre c’est qu’elle est sans visage. Ce parti pris du huis-clos est habile car il permet à Gaëlle Kempeneers, comme chez Robin Hobb,  de centrer son récit sur les personnages.  Nombre d'entre eux valent le détour. : Béryl, le Tueur de Dragons taciturne, Atten le page maladroit au combat ou encore Nywen, le Sylphe mystérieux, entre autres. Il y en a du monde dans ce château ! Pourtant le style sensible et l'empathie de l'auteur permet à chacun de s'exprimer. Il y a chez chacun d'eux un potentiel de pouvoirs ou un passé qui menace de les rattraper.

Bien sûr, comme dans tout premier roman, on trouve quelques maladresses et j'ai trouvé qu'il y avait un meurtre de trop mais bon , ce ne sont que broutilles. Le Chant de la Malombre se lit facilement et surtout, il donne envie de lire la suite pour voir comment les habitants de Fauconroc vont s'y prendre pour venir à bout de cette maudite Malombre.

 

Publié le par Zordar
Publié dans : #Les critiques de tonton Zordar

LA-TRILOGIE-DU-MAGICIEN-NOIR---TOME-01.jpg

  • Auteur : Trudi Canavan
  • Editeur : Bragelonne
  • Date de parution : novembre 2007
  • ISBN : 2352941105

 

 A Imardin, tous les ans, le roi pratique la Purge pour nettoyer les bas-fonds de la ville. C'est la Guilde des Magiciens qui s'en charge. Alors que les mages se croient invulnérables derrière une barrière magique, une jeune fille arrive lancer une pierre au travers et à blesser l'un d'entre eux. Elle est alors traquée dans toute la ville, protégée par les voleurs.

C'est le début d'une trilogie qui a fait un carton dans les pays anglo-saxons et que mon libraire a trouvée excellente. Avec tout ça je partais avec un a priori favorable, confirmé par le début assez dynamique avec une priorité à l'action. Le style est simple et direct. Mais rapidement le récit s'enlise. La traque dure trop longtemps et son issue n'est guère surprenante. Sonea , le personnage principal est une rebelle qui hait les magiciens et c'est elle qui nous donne envie de lire la suite.

Sinon j'ai trouvé que la ville que décrit Trudi Canavan est un peu bâclée:on n'y rencontre que des voleurs ou des magiciens. Le reste des habitants est invisible. D'ailleurs les descriptions en général sont assez banales. Et puis, pour finir sur ce premier tome , l'impression qui se dégage est que ce roman s'adresse plutôt à des ados tant les dialogues et certains personnages sont gentillets.

Le second volume , La Novice, raconte la vie de Sonea au sein de la guilde mais aussi les agissements mystérieux d'Akkarin, le Haut Maitre de la guilde.

C'est le temps faible de cette trilogie avec une Sonea qui passe de rebelle à gentil mouton qui subit les avanies d'un autre élève bête et méchant, Regin. C'est assez répétitif et surtout, ça n'apporte pas grand chose à l'intrigue principale qui pointe son nez vers le troisième tiers de ce tome 2. Pour moi c'est du remplissage, d'autant plus que par la suite , le fameux Regin, disparaît quasiment de l'histoire. La seule chose qui sauve les meubles c'est les tribulations de Dannyl, à la recherche de documents sur la magie ancienne et qui découvre ses penchants sexuels, très peu courants dans les récits de fantasy. (Mais ça reste très édulcoré)

Heureusement le troisième tome , Le Haut Seigneur, sauve (un peu) le tout. L'intrigue principale se dévoile enfin et on a enfin un peu d'action. Sonea quitte sa peau de gentil mouton et prend les choses en main avec Akkarin qui est, à mon avis , le personnage fort de la trilogie. Amateurs de bataille de magie, vous vous regalerez.

Comme pas mal d'auteurs pour leur premier roman, Trudi Canavan n'a pas su élaguer son récit qui aurait tenu facilement en deux tomes. Il y aurait gagné en dynamisme et m'aurait évité bien des soupirs. La Trilogie du magicien noir est une œuvre honnête, sans plus, qui plaira davantage à un jeune public, plus à même à s’identifier à Sonea et à passer sur les dialogues « mous du genou ».

 

 

 

Publié le par Zordar
Publié dans : #Les critiques de tonton Zordar

Les-Tangences-Divines.jpg

 

Théodule est un égoutier qui mène une vie pépère avec sa petite femme pas commode et ses collègues de boulot. Sa rencontre avec un clochard étrange va le mener à la recherche d'un dieu disparu accompagné d'autre dieux déchus et retors.

Après son premier roman, La Loi du Désert, qui m'avait tapé dans l’œil, je ne savais pas a quoi m'attendre avec Les Tangences Divines. Mais Frank Ferric est un malin. Avec son personnage si réaliste ; si ordinaire il nous entraine petit à petit dans un autre monde, celui ou les dieux se disputent les derniers lambeaux de notre monde lui aussi déchu.

Ferric n'a pas son pareil dans la description d'endroits improbables et aussi pour nous camper des personnages marquants (mention spéciale à Montaigu). Ce roman m'a rappelé "American Gods" de Neil Gaiman pour son idée générale mais aussi par son humour toujours présent et salutaire (Ah, le dieu Dollar !). J'ai particulièrement apprécié la fin très poétique et mélancolique.

Pour son second roman, Franc Ferric a bien su se renouveler et j’attends son troisième avec impatience.

A noter aussi la superbe illustration de couverture de Bastien Lecouffe-Deharme.

Publié le par Zordar
Publié dans : #Les critiques de tonton Zordar

invitemalvenu.jpg

 

Kyra fille d'un riche marchand a décidé de devenir magicienne.C'est pour cette raison qu'elle est mise au ban de sa famille. Elle réside loin de chez elle dans une académie de magie au règlements très stricts. Alertée par de nombreux présages, elle se précipite au mariage de sa sœur , qui d'après ce qu'elle a compris, ne doit pas survivre à sa nuit de noce. Elle est accueillie assez fraichement par son père mais elle va tout de même tout tenter pour empêcher le mariage mais aussi de découvrir qui en veut à sa sœur. Ça va être d'autant plus difficile que la magie n'est pas du tout bien vue et qu'elle va devoir l'utiliser avec parcimonie.

Autant le dire tout de suite, on est dans de la fantasy mineure. Point de quête fabuleuse et de destin flamboyant. C'est un genre d' enquête policière avec pour héroïne une néophyte assez futée. Barbara Hambly est remarquable pour planter le décor et faire vivre ses personnages. La magie aussi est crédible et cohérente dans cet univers. Bien que le rythme soit assez lent, et le suspense relatif, l'empathie crée avec Kyra m'a permis de la suivre jusqu'au bout.Il y a des passages amusants lorsque le mariage est sabordé par la jeune magicienne et que son père est furax. (Par contre le gag de Kyra qui se prend les pieds dans sa robe est un poil lourdingue d'autant plus que c'est un running gag). Le dénouement est un peu plus dramatique mais, pour moi, tout ça reste gentillet. Finalement l'aspect tout de même gonflé de ce roman c'est qu'il aborde un thème assez rare en fantasy, celui de la pédophilie. Cependant, rassurez-vous, ça reste light. Au final, L'Invité Malvenu est un roman de fantasy sympathique, bien écrit et qui ne fait pas mal à la tête.

Présentation

Couvzordar1



Couvzordar1



Couvzordar1





Le début d’une saga hilarante d’heroïc fantaisiste prévue en 10 volumes. Imaginez un dieu sympa mais pas très doué qui crée Aquilonia, un monde en forme de part de pizza où s'ébattent toutes sortes de créatures : orques, elfes, nains, belettes à dents de sabre, trolls, humains, dragons, krakens hydrophobes... Autant dire que tout le monde ne s'entend pas comme larrons en foire. Au milieu de ce foutoir, un jeune guerrier impulsif, entouré de quelques amis essaie de sortir son épingle du jeu dans des aventures loufoques et rocambolesques. Lecteurs trop sérieux ou femmes trop liftées, passez votre chemin.

Les trois premiers tomes sont disponibles TELECHARGER LES LIVRES.

Articles récents

Hébergé par Overblog